www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
du comité départemental d'athlétisme du morbihan
Actualités
L'interview de Simon Bédard : retour sur son expérience américaine et suite de l'aventure athlétique !
Commentez cette actualité
L'interview de Simon Bédard : retour sur son expérience américaine et suite de l'aventure athlétique !

Fin de l’aventure américaine pour Simon Bédard qui, après 6 ans passées aux Etats-Unis, revient en France pour faire de la course à pied son métier et tenter d’accrocher des podiums nationaux et des sélections avec l’Equipe de France. Conscient que la concurrence sera rude pour arriver à ses desseins, Simon a mis son énergie débordante au service de son projet et est parvenu à réinventer complètement sa structure d’entraînement. Simon bascule vers une nouvelle aventure loin du confort des universités américaines avec beaucoup de fraicheur et de motivation qui seront des atouts indéniables pour se démarquer et exister au plus haut niveau français. Celui qui a frappé un grand coup cet hiver en devenant Champion de Bretagne de cross et en terminant 8ème des derniers Championnats de France de cross à Carhaix nous a rendu visite au siège du comité pour évoquer sa nouvelle vie avant de rejoindre un vol en partance pour Lyon puis Font-Romeu.

Simon en chiffres :

2 sélections en Equipe de France

Records : 3’39 sur 1500m – 7’51 sur 3000m – 13’32 sur 5000m - 28’16 sur 10 000m

1 sélection à venir pour les Championnats du Monde Universitaire

Partie 1 : L’expérience américaine

Simon, tu as passé six années aux Etats-Unis, au début à l’Université CBU puis ensuite à Butler dans l’Indiana. Tu connais donc bien le système américain qui prend en charge de plus en plus d’athlètes français qui font leurs armes là-bas avant de revenir transformés en France. Les universités américaines, c’est comment ?

Au niveau organisationnel, à Butler il y a une équipe de 50 gars et de 50 filles dont 50 en demi-fond, 30 en sprint et quelques-uns en lancers et sauts. Un head coach (=entraîneur en chef) cordonne toutes les disciplines, il est aidé par deux entraîneurs assistants (l’un pour le sprint et l’autre pour le demi-fond), par un préparateur physique et par une cellule de récupération comprenant plusieurs kinés. Les coachs sont à plein temps et ne s’occupent que du fonctionnement sportif de la section : planification, suivi des entrainements, recrutement, commande équipement et logistique compétition.

A ce personnel, vous ajoutez une piste d’athlétisme en bon état et vous obtenez de très bonnes conditions d’entraînement. Les déplacements en compétition sont entièrement gérés et financés par la structure. Pas de tracas à avoir ! L’hébergement se fait dans des hôtels 4 étoiles, toute l’organisation logistique est prévue avec un timing très précis. On sait à quelle heure on va manger, à quelle heure on prend la navette….on ne se préoccupe de rien !

Une équipe de 100 athlètes, c’est énorme ! Cela doit nécessiter une discipline de fer…

Effectivement, une grande discipline est nécessaire et même obligatoire pour les 6 entrainements/jour, il y a un jour de repos légal. Le premier entrainement se déroule à 7h30. Il faut arriver au plus tard à 7h29 sinon tu es en retard.

Au vu de l’expérience que tu as vécu aux Etats-Unis, peut-on dire que la France est un pays de culture sportive ?

Ah non pas du tout, il y a vraiment un monde d’écart entre la France et les Etats-Unis. Mon emploi du temps des cours était vraiment adapté aux horaires des entraînements, ce qui permet de gérer à la fois cursus sportif et cursus scolaire. En France, j’ai loupé deux jours de cours lorsque j’étais à l’IUT de Rennes car j’honorai une sélection junior en Equipe de France…et bien j’ai eu deux 0 ! On m’a dit que je n’avais pas de motifs d’absence. Il aurait fallu que je sois malade et que je dispose d’un certificat médical du médecin pour éviter ces zéros.

Penses-tu pourvoir retrouver les mêmes conditions d’entraînements en France ?

Retrouver mieux non, pareil j’espère ! Notre coach américain nous avait prévenu qu’en quittant l’université, il serait difficile de retrouver des conditions similaires. Dans chaque université aux USA, c’est comme s’il y avait un mini-Insep, c’est assez incroyable ! L’Université de Butler que j’ai fréquenté n’est pas la meilleure du pays mais, par exemple, l’université d’Oregon est incroyable avec des conditions d’entrainement bien meilleur qu’à l’Insep. La piste a accueilli les derniers Championnats du Monde, il y a une piscine sous la piste, une salle de musculation et de récupération dernier cris. Il y a même un coiffeur permanent à disposition des athlètes !

Il y a des Universités privés et des Universités d’Etat qui dispose d’ailleurs parfois des plus gros budgets. L’engouement autour du sport universitaire est incroyable aux Etats-Unis avec des matchs de Foot Us qui peuvent rassembler jusqu’à 100 000 spectateurs. Ce n’est pas encore le cas de l’Athlé malheureusement.

C’est impossible d’avoir de meilleures conditions d’entraînement qu’aux USA. J’étais vraiment content d’être là-bas. J’y suis resté 6 ans, c’est une longue période, je ne partais pas pour autant, simplement pour 2 ou 3 ans à la base mais entre le covid et ma blessure, 2 ans se sont rajoutés comme ça

Comment pourrais-tu définir la place du collectif dans l’organisation des entrainements ?

Elle est clairement prépondérante, c’est ça qui m’a fait passer un gros cap. Auparavant, j’étais licencié à Vannes mais je m’entraînais seul à Rennes. Je faisais parfois des séances avec les gars de mon club en rentrant mais je me retrouvais parfois seul à courir dans le bois de Kerozer alors qu’aux US, nous étions toujours une quinzaine pour les entraînements avec quatre ou cinq personnes du même niveau que soi. Cela change tout au niveau de la motivation et cela m’a permis de bien plus m’investir dans la pratique. Impossible de lâcher une séance ! C’est vraiment top de pouvoir s’entraîner avec des gars du même niveau que toi.

Que pourrais-tu dire du suivi médical dont tu as bénéficié aux US ?

J’ai développé une fracture de fatigue et j’ai eu la possibilité d’avoir un IRM sous trois jours contre deux mois environ en France. On gagne du temps sur le diagnostic et donc sur le processus de récupération et de réathlétisation qui s’en suit. Le suivi médical était top à Butler, un peu moins bien à CBU. Le médecin de l’Université bossait avec l’équipe américaine d’Athlétisme, il a ainsi développé un réseau et un savoir incroyable. Il a participé en tant que médecin à plusieurs éditions des Championnats du Monde ainsi qu’à des meetings de Diamond League. Il nous a transmis une belle expérience concernant la gestion de ces grands évènements.

Nous partions également sur chaque compétition avec un kiné. C’était l’idéal pour la récupération et pour nous permettre d’enchaîner les courses. Nous pouvions le voir avant la course pour chauffer les muscles et après l’épreuve pour un massage de récupération.

Y-avait-il d’autres accompagnants dans la délégation ?

Oui, nous voyagions avec un ou deux photographes pour avoir des photos en instantanée avec des réalisations Instagram toutes prêtes, il n’y avait plus qu’à les poster. C’était très au point à CBU moins à Butler. Cela constituait pour nous une sacrée aide, nous ne galérions pas pour récupérer une photo de nous en course. Le gars finissait sa course, deux heures après il avait ses photos et sa story Insta prête à poster. C’est exactement ce que demande les sponsors et les équipementiers. Les marques, quand tu signes des contrats, c’est tout ce qu’elles veulent.

Hors course à pied, qu’est-ce que cette expérience américaine t’a apporté ?

Au niveau culturel, c’est vraiment top. Durant six ans, j’ai rencontré des gens que je n’aurai jamais eu l’occasion de rencontrer par ailleurs.

Parlais-tu anglais avant de partir ?

Non, je ne parlais pas Anglais avant de partir. CBU est la seule école ou il n’est pas nécessaire de passer un niveau d’anglais pour être accepté. Pour les autres il faut un certain niveau au TOEFL. CBU proposait des classes d’anglais intégré pour apprendre la langue. Une fois que j’ai appris l’anglais, je suis parti à Butler. A CBU, ils te prennent même si tu ne parles pas un mot d’anglais.

Pourquoi être parti aux Etats-Unis ?

J’y suis allée car j’aimais courir. Avant de partir, j’avais un niveau correct mais pas exceptionnel. J’avais tout de même envie de continuer car, en France, soit on étudie et on met en standby la course à pied en compétition, soit on ralenti les études pour courir à fond. Pour moi les études sont tellement importantes que je ne voulais pas fonctionner ainsi. Je voulais courir et continuer aussi les études et avoir un diplôme. Je ne m’attendais pas à ce que la formation américaine soit comme ça, aussi professionnalisante. Il y a une vraie culture de l’entreprenariat, un apprentissage de la rigueur et de l’autonomie.

Tu as donc fait fi des critiques de la méthode américaine ?

Beaucoup d’entraineurs en France critique la méthode américaine car elle cramerait les athlètes mais pour moi, malgré une année ou je me suis blessé, franchement c’était top ! J’ai passé un cap et sans cela je n’aurai jamais atteint le niveau que j’ai actuellement.

Quelle suite envisages-tu de donner à ta carrière d’athlète ?

A la base, je souhaitais aller aux Etats-Unis pour continuer de front études et entraînements puis ensuite partir bosser sauf que là, je me dis que j’ai quelque chose à faire. Je vais faire deux ans à temps plein au moins dans l’Athlé et voir ce que cela peut donner.

Surtout qu’avec 13’35 sur 5000m, tu es 13ème au bilan français (à la date du 20 juin 2023), tu n’es pas si loin des tous meilleurs !

J’espère encore baisser un peu mon chrono mais le niveau est quand même très costaud en France.

Avec Florian Le Pallec (7ème au bilan avec 13’29), vous êtes deux morbihannais dans les 13 premiers du bilan français sur 5000m, ça vous donne des idées ?

Bien sûr (sourire) ! Avec Florian, nous avons le même parcours et nous avons profité du système américain pour devenir plus fort que jamais. Florian a suivi le même parcours que moi avec CBU et maintenant, il va rejoindre Butler comme moi.

Est-ce que vous échangez ?

Oui il me demande quelques conseils, on échange beaucoup. Je pense qu’il va suivre le même chemin que moi car il veut passer professionnel l’année prochaine après une année à Butler.

Vous pourriez rejoindre une même structure d’entraînement à l’avenir ?

Oui je lui dis reste là et entraine-toi avec moi ! Mais il va repartir une année aux USA. Moi je veux m’entrainer avec le plus de monde possible. Ça a beau être quelqu’un avec qui on est en concurrence directe, on se bat tous les deux pour le record du Morbihan, pareil avec Donovan Christien pour le record de Bretagne, mais moi je veux m’entrainer avec les meilleurs possibles. C’est pour cela qu’on se tire la bourre. Quand on voit le niveau en Bretagne, il n’a jamais été aussi élevé depuis un bon moment ! Benoit Campion, le finistérien dorénavant licencié au SATUC de Toulouse, a couru 3’35 au 1500m, Donovan Christien 13’22 au 5000m… On voit aussi Julia Cherot avec 2’02 au 800m. Les rennaises Léna Kandissounon avec 1’59 au 800m, Agathe Guillemot et ses 4’05 au 1500m (amélioré ce week-end avec 4’04), Shana Grebo l’année dernière sélectionné pour les Championnats du Monde…

Une semaine type d’entraînement pour toi ça ressemble à quoi ?

Ça va changer très prochainement, je sais que l’entraînement en France est différent de celui des Etats-Unis où il est plus axé vers la quantité et faire des bornes alors que l’on est plus dans la qualité en France. Je courais 140km à la semaine aux Etats-Unis avec des pointes à 160km. Voici le programme pour une semaine type :

Lundi : footing de 16km à allure 4’10-4’15/km

Mardi matin : séance 4km d’échauffement + tempo run sur 12km à allure 3’15/km – on démarre à 3’30/km jusqu’à 3’0/km dès le 3ème kilomètre + 4km de récupération

Mardi soir :  8km de footing de récupération à allure 4’30/km

Mercredi : footing de récupération de 16km à allure 4’15/km

Jeudi : Séance avec footing de 16km à allure 4’15/km + 4x200 en 24’’-25’’ l’été (27’’-28’’ l’hiver)

Vendredi : séance spé cross 8x4’ ou 8x1000 par exemple et 20x400m pour une spé-piste

Samedi : 16km footing à allure 4’15/km

Dimanche : long run de 26km à allure progressive de 4’10 à 3’20/km

Cela ressemble à l’entrainement du semi-marathon. Je suis désole de ne pas en avoir encore couru ! A l’entraînement, j’ai fait 16km à 2’59 de moyenne. En tenant 5km de plus à cette allure, ce qui était largement possible, cela aurait donner 1h03 au semi-marathon. Je vais essayer de faire un semi en septembre-octobre, peut-être à Valence. J’en veux un qui va vite !

Je faisais mes entrainements souvent à jeun car on partait à 7h30 et je ne voulais pas me lever à 4h pour manger. On me conseillait quand même de manger des graines, des noix, des fruits secs et de m’hydrater avec des boissons sucrées. Ça évite de se cramer.

.....Suite de l'interview la semaine prochaine ! Simon nous racontera sa nouvelle structure d'entraînement.

les Réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
20/02 >
09/02 >
19/01 >
22/12 >  (1)
12/09 >
30/08 >
27/07 >
27/07 >
24/07 >
18/07 >
12/07 >
05/07 >
04/07 >
26/06 >
19/06 >
12/06 >
09/06 >
05/06 >
30/05 >
26/05 >
INFOS

 
 Les formations juges sont sorties et visibles sur le calendrier ! 
             

Nouvelles modalités de prise de licence

Répartition tarifs licences 2023-2024

Circulaire n°5 du 1er février : Les clubs sportifs engagés 

Circulaire financière 2023-2024

Circulaire administrative 2023-2024 


Prêt de matériel




Formations
Formation des Juges (J)
Fonction juge des courses
Mercredi 03 avril (18h30-21h30)
Vannes (Maison des Associations)

Fonction juge de départ
Mercredi 03 avril (18h30-21h30)
Vannes (Maison des Associations)

Fonction juge des lancers
Mercredi 03 avril (18h30-21h30)
Vannes (Maison des Associations)

Fonction juge des sauts
Mercredi 03 avril (18h30-21h30)
Vannes (Maison des Associations)

 
PARCOURS DE FORMATION 

Domaine Encadrement Sportif (ES)

Domaine Jury (J)

Domaine Direction (D)

Domaine Organisation (O)

Domaines & Filières de formation




Violences sexuelles

Outil de sensibilisation aux violences sexuelles dans le sport

Victimes mineures : contacter le 119

Victimes majeures : contacter le 3919

PARTENAIRES

Les Espaces




Samedi 17 février
Championnat Bretagne salle
Minimes
Saint-Brieuc

Dimanche 18 février
Pré-France Cross
CA et + 
Saint-James
&
Intercomités 
MI 
Saint-James

Samedi 02 mars
La Nordique de Lorient
Stade du Pouillot - Lorient

Sam/Dim 09-10 mars
Championnat de France Cross
MI/CA et +
Garric

Samedi 16 mars
Finale départementale Relais Cross
EA/PO 
Saint-Avé 
Infos à venir

Finale régionale Pentathlon
BE 
Guilers 

Dimanche 17 mars
Interligues 
MI
Nantes


Communiqués

CONTACTS

Jo FALQUERHO (Président)
06 47 65 50 10
joseph.falquerho@wanadoo.fr

Serge RIGOT 
(Président CSO)
06 86 26 25 88
csocda56@gmail.com

Léna OLAONDO 
(Agent de développement)
06 21 05 79 91
cmtd56@gmail.com


Siège Social
Centre Sportif de Kercado
28, rue Winston Churchill
56000 Vannes